Design des Années 20

Style et design des années 20

Histoire du design - article 2 / 7

Avec la révolution industrielle, l’Europe découvre la production de masse et la standardisation, non seulement du travail, mais aussi des formes, de l’esthétique. Les objets industriels sont de qualité moyenne, sans style, déshumanisés. Puis intervient la Première Guerre Mondiale : les individus découvrent l’horreur d’une guerre totale et son absurdité. C’est dans ce contexte sociétal particulier que naissent les premières véritables réflexions sur le design, ainsi que 2 esthétiques, diamétralement opposées.

Art Nouveau en France, Arts and Crafts en Angleterre

Il est intéressant de voir comment, sur la base du même constat, deux réponses diamétralement opposées se sont développées. Ce constat de départ est le suivant : la production industrielle néglige la composante esthétique indispensable du quotidien et nie sa capacité à changer le monde. Face à ce manque de beauté et à la déshumanisation des produits se développe en France, dès la fin du 19ème siècle, un mouvement esthétique : l’Art Nouveau. Pour les partisans de l’Art Nouveau, l’homme doit revenir à une inspiration fondamentale : la nature. L’injonction : on doit apporter une beauté naturelle aux objets industriels.

Peinture, architecture, mobilier se parent de formes organiques, de lignes sinueuses, de volutes, de courbes. Le style est sensuel, chaleureux, résolument tourné vers les formes de la nature. Un des meilleurs exemples français de ce style est Hector Guimard et ses entrées de métro parisien, caractéristiques de l’Art Nouveau.

Papier peint de William Morris
Papier peint de William Morris

L’Art Nouveau trouve son pendant en Angleterre avec William Morris notamment, associé aux préraphaélites, avec son mouvement Arts and Crafts, qui va plus loin, en rejetant la production industrielle au profit de la création artisanale.

Mais ces deux mouvements partagent une caractéristiques, et la partagent avec le Bauhaus, qui leur est pourtant complètement opposé : l’alliance du beau et de l’utile. On est dans la première tentative de définition de ce que l’on appellera plus tard… le design !

Le Bauhaus et les prémices du fonctionnalisme

En réaction au naturalisme de l’Art Nouveau et du mouvement Arts and Crafts, Walter Gropius fonde l’école d’architecture et des arts et métiers, en fusionnant deux écoles existantes : le Staatliche Bauhaus.

Walter Gropius
Walter Gropius

Selon lui, et ses confrères, il est indispensable de réunir arts plastiques, arts appliqués (et en ceci ils rejoignent l’Art Nouveau), artisanat… et industrie ! Selon eux, ce qu’autorisent les processus industriels, c’est une révolution dans la manière de concevoir et de fabriquer des objets, des meubles, des bâtiments. Il faut épurer au maximum les éléments constitutifs du système global pour obtenir la plus grande richesse possible de combinatoires entre ces éléments. Cet épurement répond aux exigences industrielles de coût et répond aux exigences esthétiques des créatifs qui, grâce à ce minimalisme initial, ont une grande liberté. Il faut dépasser le dilemme art/industrie et concilier les exigences de ces deux univers.

Pour le Bauhaus,faire signe/faire sens est l’objet du design et l’interopérabilité des éléments, des objets, des systèmes, doit être maximale. C’est là que réside la beauté du design. Pour des objets fonctionnellement riches. Adolf Loos parlera d’une « architecture de la nudité ».

Fauteuil Wassily de Marcel Breuer
Fauteuil Wassily de Marcel Breuer

Le Bauhaus formalise ainsi le fonctionnalisme et préfigure toute l’architecture et le design modernes. Et il compte dans ses rangs de grands noms, comme Le Corbusier, Charlotte Perriand. L’une des créations design emblématiques du Bauhaus est bien sûr la célèbre chaise Wassily de Marcel Breuer, indémodable.

Meubles et objets phares

  • Le cosy corner
  • Le fauteuil Wassily de Marcel Breuer, 1925
  • Eileen Gray, miroir satellite, 1927
  • Pierre Chareau, méridienne en palissandre, Circa, 1923
  • Le tabouret de bar de Louis Sognot et Charlotte Alix

Repères

  • Marqueterie frisage en losange
  • Ornements : vasques fleuries, médaillons avec fleurs ou motifs géométriques
  • Pieds en fuseau, en lotus, à pans coupés ou cannelés
  • Gainage de cuir, de parchemin, ou de galuchat
Navigation dans la série Histoire du design:<< Introduction à l’histoire du design | Style et design des années 30 >>

Une réflexion sur “ Style et design des années 20 ”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>