Bien choisir son éclairage intérieur

 

Bien choisir ses luminaires peut s’avérer quelque peu complexe. Suspension, lampe de table, spot,… Voici nos conseils, pièce par pièce, pour y voir plus clair parmi les différentes options d’éclairage qui s’offrent à vous.

 

L’éclairage du salon

 

 

On dit souvent que le salon est le cœur de la maison : c’est la pièce maîtresse de la maison où l’on se retrouve en famille ou entre amis. L’éclairage y est aussi important que la déco. Les efforts produits pour créer un cocon ne doivent pas être gâchés par une mauvaise lumière. Il est nécessaire de trouver le juste équilibre un éclairage trop prononcé et un éclairage trop faible.

De manière générale, la lumière doit être assez forte pour éclairer toute la pièce. L’idéal : un lampadaire halogène muni d’un variateur. Ce système permet de créer aisément et rapidement une ambiance intimiste. Si vous préférez opter pour une lampe avec abat-jour, assurez-vous qu’elle soit assez haute pour éclairer la majeure partie de la pièce.

La salle à manger ne doit pas non plus être négligée. Suspension ou lustre, veillez à placer une source lumineuse au dessus de la table. Lorsque celle-ci est tamisée, elle produira le même effet que celui des chandelles. Ambiance romantique garantie !

En complément et pour le confort visuel, accompagnez votre lampadaire, suspension ou lustre d’une source lumineuse directe. Installez une lumière douce mais assez éclairante pour ne pas fatiguer les yeux lorsque vous lisez le soir, confortablement installé sur le canapé du salon. Une lampe nomade ou une lampe de table placée près du canapé peut par exemple faire l’affaire.

 

L’éclairage de la cuisine

 

 

Ces dernières années, la cuisine est passée du statut de pièce fonctionnelle où l’on prépare le repas à celui de lieu de convivialité, de partage et d’échange. Ouverte sur le salon, avec une table pour déjeuner ou dîner, on y passe de plus en plus de temps. L’éclairage contribue à créer un espace où il fait bon vivre.

Premier élément à soigner, l’éclairage général de la pièce. Pourquoi est-ce si important ? Pour la simple et bonne raison que si l’on a une belle cuisine, on la met ainsi en valeur. C’est aussi une question de confort visuel.

En diffusant une lumière homogène de part et d’autre de la pièce, on évite aux yeux une fatigue excessive. Il faut éclairer la pièce sans éblouir. Suspension et plafonnier sont préconisés pour ce genre d’éclairage soutenu et indirect.

Deuxième étape : l’éclairage localisé. Il va servir à éclairer les différents espaces où l’on cuisine. Plan de travail, plaque de cuisson, évier,… autant de zones qui nécessitent de sortir de l’obscurité.

Des rails de spots, fixes ou orientables, placés sous les meubles hauts permettent de jouir d’une belle luminosité et réduisent ainsi le risque d’accident domestique. Ce type d’éclairage direct confère une lumière chaleureuse. Il s’agit de la solution idéal pour cette pièce. Autre solution lorsque l’on possède un îlot central ou une table dans la cuisine : la rangée de suspensions alignées. Au-delà de son aspect utile, il s’agit d’une idée très tendance.

Une fois la question pratique réglée, place à l’éclairage décoratif. Pour sublimer certaines parties de sa cuisine, on peut jouer avec les sources lumineuses. Des spots sur tige à fixer sur les meubles hauts permettent de les mettre en valeur, tandis que les plinthes avec spots intégrés font de même avec les éléments bas et illuminent le sol.

 

L’éclairage de la chambre

 

 

Dans la chambre, ce que l’on recherche avant tout, c’est une ambiance reposante. La lumière doit donc être douce et tamisée. Erreur récurrente dans cette pièce, n’avoir qu’une seule et unique source lumineuse. Il est nécessaire d’avoir un luminaire différent pour chacune des ses « activités » : chercher ses vêtements, ranger, lire…

Pour éclairer l’ensemble de la pièce, l’éclairage doit être indirect. Si les suspensions et plafonniers font partie de ce type d’éclairage, les lumières trop vives sont à proscrire. On choisit donc une ampoule à lumière chaude. On n’hésite pas non plus à équiper son éclairage d’un variateur pour changer d’ambiance au gré des envies.

Une suspension ou un plafonnier n’étant pas adaptés à la lecture, il faut les compléter avec un éclairage direct. Une lampe à poser sur la table de chevet, une applique murale intérieure ou une liseuse à clipser sur la tête de lit, trois options parfaites pour bouquiner le soir dans son lit sans abîmer et fatiguer ses yeux.

Si vous faites partie des personnes qui passent des heures le matin à chercher leur chemise adorée faute d’éclairage suffisant, sachez qu’il existe des solutions pour éclairer l’extérieur et l’intérieur de son armoire ou sa penderie. Comme pour les meubles hauts de cuisine, on peut opter pour un éclairage vitrine à fixer au-dessus de ces dernières. Enfin, si l’armoire est profonde, il est possible de placer des spots à l’intérieur même de vos rangements, sur les étagères internes.

Et pour les enfants, en complément, on peut bien évidemment ajouter une veilleuse design afin de lui fournir une source de lumière tamisée quand il dort.

 

L’éclairage de la salle de bain

 

 

La majorité des salles de bains n’ayant pas de fenêtre, l’éclairage doit tout particulièrement être soigné. L’objectif est d’obtenir un rendu le plus proche possible de celui de la lumière du jour. Comme pour les autres pièces de la maison, il faut donc associer les différents types de sources lumineuses : un éclairage soutenu et indirect pour l’ensemble de la pièce, et un direct pour éclairer la zone « stratégique » qu’est la partie située au dessus du lavabo ou de la vasque. La salle de bains étant une pièce de détente, la luminosité doit être relativement douce.

Dans un premier temps, il faut placer une lampe émettant une lumière diffuse. Si l’on trouve que la suspension n’est pas adaptée à la salle de bains, on peut toujours opter pour l’incontournable plafonnier. Attention, le résultat ne doit pas être trop agressif à l’œil. On préfèrera donc une lumière jaune et chaude à une lumière froide et blanche pour ne pas être ébloui le matin au réveil.

Une fois votre choix arrêté, il faut penser à l’éclairage direct. Le but ? Que madame puisse y voir clair lorsqu’elle se maquille, et monsieur lorsqu’il se rase. Plusieurs solutions s’offrent à vous. Les plus fréquentes : les spots ou le plafonnier. On peut aussi opter pour un miroir rétro-éclairé avec LEDs intégrées si on juge la première option inesthétique.

On l’ignore souvent, mais la place des spots a son importance. Ils peuvent être placés au dessus du miroir ou sur les côtés, mais attention ! Trop hauts, ils accentuent les cernes, trop bas, ils donnent mauvaise mine.

On privilégiera aussi la lumière froide produite par les LEDs, plus proche de la lumière extérieure, à celle émise par les halogènes. Enfin, certaines armoires de toilette intègrent déjà un éclairage, halogène ou spot en général. Il n’est donc pas nécessaire de rajouter une source directe.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *